Il est important de sensibiliser à l’écologie, car le réchauffement climatique est bien réel. Comment faire changer les mauvaises habitudes aux citoyens ? Comment prodiguer les bons conseils ? L’une des solutions est l’utilisation des technologies immersives pour prendre conscience de nos actes, et imaginer le futur sans action de notre part. Découvrez dans cet article ,comment ces technologies peuvent jouer un rôle capital pour la préservation de l’environnement.

L’alternative, le “serious game”

La réalité virtuelle permet une immersion totale d’un monde modélisé, inspiré de la réalité ou de l’imagination. Cet avantage est un vrai plus pour sensibiliser, communiquer et interpeller les citoyens sur les risques de l’environnement si nous ne changeons pas nos habitudes. Grâce à cette technologie, nous pouvons créer un « serious games » ou “jeux sérieux” pour les francophones. C’est une application ludique où l’utilisateur est à la première personne afin de réveiller les consciences sur l’écologie, et non plus seulement spectateur. Cette innovation permet de modifier les comportements.

Par ailleurs, les jeux permettent de capter une attention quasi maximale des personnes et ainsi favoriser la mémorisation. C’est pour cette raison que l’ONU a décidé de lancer une campagne appelée « Mission 1,5° » en février 2020, qui inclut des mini-jeux pour sensibiliser sur le débat environnemental. Leur but est de maintenir le réchauffement climatique à 1,5 degrés Celsius, à l’aide de questions à choix multiples. C’est une expérience simple et efficace pour faire comprendre les enjeux liés à l’écologie et changer les mauvais comportements.

L’impact des technologies immersives sur nos comportements

De plus, une équipe de chercheurs de Stanford a démontré que la réalité augmentée avait un impact sur notre comportement, ils ont effectué 3 expériences pour en faire la démonstration.

La première, les personnes doivent réaliser deux anagrammes, un facile et un difficile. Lorsque les utilisateurs portent les lunettes AR avec un avatar virtuel, ils réalisent le facile plus rapidement, mais ont plus de difficultés à finir l’autre. La deuxième, consiste à savoir si les personnes respectent les règles de bienséance avec un avatar et comment ils réagissent sans le casque, après l’avoir visualisé. La dernière quant à elle, analyse les interactions sociales entre 2 personnes si l’une d’entre elles avait des lunettes AR. 

Les résultats de ces 3 études ont révélé que la réalité augmentée changeait notre comportement, en effet, sans les lunettes les personnes ne s’asseyaient pas à la place de l’avatar, après l’avoir visualisé. Selon les chercheurs, l’étude a besoin de plus de données pour appuyer leur recherche, mais celle-ci a déjà révélé de nombreuses informations intéressantes.

D’autre part, la VR est souvent surnommée la machine à empathie, car elle permet de se mettre dans la peau d’une autre personne ou d’un élément comme la Terre. En plus, cette technologie est sans limites, c’est ainsi que nous pouvons faire découvrir les effets de la pollution dans la nature.

Les nouvelles technologies nous aident à réduire notre empreinte carbone

Un autre avantage notable de ces technologies est la réduction de notre empreinte carbone, en effet, vous pouvez voyager sans sortir de votre domicile. Ainsi, découvrez les fonds marins ou encore visiter une exposition, depuis chez vous, en toute liberté. De plus, ces technologies permettent l’accès à la culture pour tous. Une solution également pour les personnes à mobilité réduite qui ne peuvent pas forcément accéder à tous les endroits. 

Pour conclure, les jeux permettent d’attirer l’attention des utilisateurs et c’est pour cette raison que l’ONU a développé des mini-jeux pour la sensibilisation. Pour bousculer les mauvaises habitudes des personnes, l’utilisation de la VR ou de l’AR a des avantages considérables, car le joueur n’est plus seulement spectateur, mais acteur de l’expérience. Les bénéfices de ces technologies immersives peuvent inspirer d’autres sociétés à créer des scénarios forts afin de sensibiliser à l’écologie.

Crédit image : Image de Chris LeBoutillier sur Pixabay